Des climats où les lois sur la faute médicale sont sévères ne protègent pas nécessairement les patients des complications chirurgicales, selon une nouvelle étude.

Les partisans des lois sur la faute médicale professionnelle qui facilitent aux patients de poursuivre les médecins disent que ces protections sont nécessaires pour améliorer les soins. Mais dans la présente étude, le risque de litige ne s'est pas traduit par de meilleurs résultats, a déclaré le Dr Karl Bilimoria, directeur du Centre d'amélioration de la qualité et des résultats chirurgicaux de l'École de médecine Feinberg de Chicago, à Northwestern University.

"Cela ne fonctionne pas vraiment - un environnement avec des lois plus sévères sur la faute médicale n'a pas d'influence sur les médecins pour fournir de meilleurs soins"

a déclaré Bilimoria.

"Au contraire, il peut conduire à des pratiques de médecine défensive où plus de tests et de traitements sont demandés et ordonnés inutilement juste pour essayer de minimiser le risque de faute médicale professionnelle."

Les résultats de l'étude sur la faute médicale

Bilimoria et ses collègues ont examiné des données spécifiques de chaque État sur les primes d'assurance pour faute professionnelle médicale, la taille moyenne des demandes et le nombre de demandes pour 100 médecins dans chaque État à compter de 2010.

Ils ont également examiné les données de 2010 sur les chances de décès, les complications ou les opérations répétées dans les 30 jours de chirurgie pour les patients assurés par le tarif à l'acte Medicare, le programme de santé des États-Unis pour les personnes âgées et handicapées.

L'étude comprenait des données sur environ 890 000 membres de Medicare qui ont reçu des soins dans près de 3 200 hôpitaux dans tout le pays. La moitié avaient au moins 74 ans.

Au cours de la période visée par l'étude, la prime annuelle moyenne pour les chirurgiens généralistes était d'environ 47 000 $.

Des lois de la faute médicale professionnelle plus sanctionnelles et des remboursements plus grandes sur les fautes médicales n'ont pas réduit le risque des patients pour aucune des complications postopératoires étudiées, selon ce que les chercheurs rapportent dans le journal de l'université américaine des chirurgiens. Aucun droit individuel de faute médicale professionnelle n'a été constamment associé à une amélioration des résultats post-opératoires.

Au lieu de cela, l'étude a révélé que dans les États où les médecins ont fait face à un risque plus élevé de fautes professionnelles, les patients étaient plus susceptibles de développer une septicémie, qui est infection sanguine potentiellement mortelle, dans 22% des cas.

Les patients dans les États où les médecins avaient le plus de risque litige étaient également 9 pour cent plus susceptibles de développer une pneumonie, 15 pour cent plus susceptibles de souffrir d'insuffisance rénale aiguë et 18 pour cent plus susceptibles d'avoir des saignements gastro-intestinaux.

Des lois spécifiques et une relation compliquée

L'étude ne peut pas prouver comment des lois spécifiques entraînent des résultats spécifiques, notent les auteurs. Il n'est pas non plus clair à partir des résultats si les résultats des patients ont conduit à certaines des lois de l'État ou si l'inverse était vrai, et certains changements de politique d'État créé des résultats différents pour les patients.

Pourtant, les résultats ajoutent à un corpus croissant de preuves suggérant que les réformes de responsabilité médicale délictuelle ne sont pas associées à de meilleurs résultats, a dit Michelle Mello, un professeur de droit à l'université de Stanford en Californie qui n'a pas été impliqué dans l'étude.

"Cette étude contribue à prouver que la pression sur la responsabilité médicale ne stimule pas les médecins à avoir de meilleurs résultats pour les patients, ni à adopter des réformes pour limiter la responsabilité", a déclaré Mello.

Il n'est pas surprenant que l'étude n'a pas trouvé un lien constant entre l'environnement de la faute médicale professionnelle et les complications chirurgicales parce que ces associations peuvent être spécifiques à certaines procédures ou domaines dans la médecine, a déclaré le Dr William Sage, un professeur de droit et de médecine à l'Université du Texas à Austin qui n'était pas impliqué dans l'étude.

"Les seules choses qui sont vraiment claires sont que trop de patients sont blessés, trop peu de ceux-là reçoivent une compensation, et tout le processus est lent et misérable pour les médecins et les patients", a déclaré Sage. "Nous savons aussi que les réformes de la responsabilité délictuelle couvrant les dommages à faible montant découragent la plupart des gens de poursuivre parce que les avocats ne prendront pas les cas, ce qui réduit les primes d'assurance sur la faute médicale professionnelle que les médecins paient."

La nécessité des standards nationaux

Selon certaines recherches antérieures, un type de loi, qui compare les résultats des médecins aux moyennes nationales, peut aider à améliorer les résultats dans les États inférieurs à la moyenne, a déclaré le Dr Anupam Jena, chercheur à l'Université Harvard de Boston qui n'a pas participé à l'étude .

"La modification des normes en fonction desquelles les médecins sont jugés, soit en veillant à ce que tous les États adoptent des lois nationales standard, soit en utilisant des tribunaux administratifs qui tiennent les médecins à un standard clinique prédéterminé, sont des manières que je pense que le système de faute médicale professionnelle peut utiliser pour améliorer la qualité ", a dit Jena.

Qu'en pensez-vous?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0