Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il n'existe actuellement aucun médicament ou vaccin dont l'efficacité ait été prouvée pour le traitement du Coronavirus ou la prévention  du syndrome respiratoire aigu sévère de 2019 (SRAS-CoV-2).

traitement coronavirus
En l'absence d'un régime de traitement du Coronavirus établi, la China International Exchange and Promotive Association for Medical and Health Care (CPAM) a publié en février 2020 une nouvelle directive sur les maladies à Coronavirus 2019 (COVID-19) avec des recommandations sur la méthodologie, les caractéristiques épidémiologiques, le dépistage et la prévention des maladies, le diagnostic, le traitement et le contrôle, la prévention et le contrôle des infections nosocomiales et les soins infirmiers. Pour le traitement antiviral direct du SRAS-CoV-2, la CPAM recommande l'utilisation de lopinavir ; de ritonavir [2 capsules (dose non définie) par voie orale deux fois par jour] en combinaison avec de l'interféron alpha nébulisé (5 millions d'unités dans de l'eau stérile pour injection, inhalées deux fois par jour). La CPAM a fondé cette recommandation sur des preuves faibles provenant de cohortes rétrospectives, d'études contrôlées historiquement, de rapports de cas et de séries de cas qui suggèrent un bénéfice clinique du lopinavir ; du ritonavir dans le traitement d'autres infections à Coronavirus [c'est-à-dire le SRAS-CoV de 2002 et le Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) de 2012].

En plus de la CPAM, un groupe de médecins coréens ayant l'expérience du traitement des patients infectés par le SRAS-CoV-2 a élaboré des recommandations pour le traitement de la COVID-19. Selon ces médecins, les médicaments antiviraux ne sont pas recommandés pour les patients jeunes et en bonne santé qui présentent des symptômes légers et ne souffrent pas de comorbidité sous-jacente.

Cependant, un traitement au lopinavir 400 mg ; au ritonavir 100 mg (2 comprimés par voie orale deux fois par jour) ou à la chloroquine (500 mg par voie orale deux fois par jour) doit être envisagé chez les patients plus âgés ou chez les patients présentant des conditions sous-jacentes et des symptômes graves. Si la chloroquine n'est pas disponible, ils recommandent d'envisager l'utilisation d'hydroxychloroquine (400 mg par voie orale une fois par jour). L'utilisation de la ribavirine et de l'interféron n'a pas été recommandée comme traitement du Coronavirus de première intention en raison du risque d'effets secondaires ; toutefois, l'utilisation de ces médicaments peut être envisagée si le traitement par le lopinavir, le ritonavir, la chloroquine ou l'hydroxychloroquine est inefficace.

  • Nous avons sélectionné pour vous les remèdes les plus prometteurs et expliqué s'il existe des preuves qu'ils pourraient fonctionner.

Le médicament antipaludique : la chloroquine

La chloroquine est un médicament bon marché et largement disponible qui est couramment utilisé depuis 1945 contre le paludisme et d'autres maladies et qui peut être pris en toute sécurité par les femmes enceintes et les enfants. Des études en laboratoire ont montré que ce médicament antiviral était efficace pour le traitement du Coronavirus, au moins dans une boîte de Pétri, et les résultats d'une petite étude française sur 24 patients, annoncés cette semaine, suggèrent qu'il pourrait accélérer la guérison. Les médecins ont déclaré que 25 % des patients ayant reçu le médicament se sont révélés positifs au virus après six jours, contre 90 % de ceux qui ne l'ont pas reçu. La chloroquine et un médicament apparenté, l'hydroxychloroquine, font partie des quatre traitements testés dans le cadre d'un essai clinique international, annoncé mercredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le médicament pour le traitement du VIH : Kaletra

Kaletra est une combinaison de deux médicaments antiviraux, le lopinavir et le ritonavir, qui sont normalement utilisés pour traiter le VIH, ce qui, selon des études de laboratoire, est prometteur comme traitement du Coronavirus potentiel. Cependant, ces espoirs ont subi un revers important cette semaine, l'une des premières grandes études menées sur 200 patients chinois gravement malades n'ayant trouvé aucun bénéfice. L'étude n'est pas terminée : il est possible que le médicament soit efficace s'il est administré plus tôt ou à des patients moins gravement malades. L'OMS a inclus le Kaletra dans un important essai multi-pays lancé cette semaine.

Remdesivir (GS-5734), un analogue nucléosidique expérimental

Le remdesivir a été développé à l'origine comme traitement contre le virus Ebola, mais ce médicament est devenu un des principaux antiviraux potentiels pour le traitement du Coronavirus. L'enthousiasme vient des études qui montrent qu'il agit contre le Sars et le Mers, deux autres Coronavirus plus mortels mais moins transmissibles. Le médicament agit en bloquant la capacité du virus à se répliquer à l'intérieur des cellules. Cela signifie qu'il est plus susceptible d'être efficace lorsqu'une personne vient d'attraper le virus et que celui-ci se reproduit encore dans les voies respiratoires supérieures. Une raison de prudence est que les premières données suggèrent que les gens peuvent déjà avoir des niveaux élevés du virus lorsqu'ils commencent à montrer des symptômes. De nombreux essais sont en cours pour évaluer le remdesivir en Chine, aux États-Unis et en Asie, les premiers résultats étant attendus en avril.

Le remdésivir a été administré à plus de cent patients chez lesquels on a confirmé la présence d'une infections par le CoV-2 du SRAS aux États-Unis, en Europe et au Japon dans le cadre des programmes d'accès élargi ou d'utilisation à des fins humanitaires. (9) Les demandes d'usage à titre humanitaire doivent être soumises au fabricant du médicament (Gilead Science, Inc.) par le médecin traitant.
Un essai clinique évaluant l'efficacité du remdesivir chez les patients infectés par le SRAS-CoV-2 est actuellement mené en Chine. Les données de cet essai sont attendues d'ici avril 2020.
Dans les essais précliniques, le remdesivir a démontré une activité significative contre les Coronavirus et une barrière génétique élevée contre la résistance.

Des données in vitro ont montré que le remdésivir exerce une puissante activité antivirale contre un isolat clinique de CoV-2 du SRAS ; [concentration efficace semi-maximale (CE50) = 0,77 mcgM, concentration semi-cytotoxique (CC50) > 100 mcgM , indice sélectif (SI) > 129,87].

  • Les données suggèrent que le remdésivir (GS-5735) inhibe l'activité des souches de CoV du SRAS, de MERS- CoV et de CoV de chauve-souris de 2002 qui ont la capacité de se répliquer dans les cellules épithéliales humaines et de faciliter l'entrée par les récepteurs de CoV humains.
  • Le remdesivir a montré une efficacité prophylactique et thérapeutique contre le SRAS-CoV de 2002 dans un modèle de souris.
  • Les mutations de résistance n'ont pas été identifiées.

Le médicament antigrippal : le favipiravir

Le médicament anti-grippe japonais, fabriqué par une filiale de Fujifilm, a fait sensation en réduisant de plus de moitié le temps où les personnes atteintes de Covid-19 sont testées positives au virus. Un essai chinois réalisé sur 340 personnes a montré que le virus avait tendance à être éliminé en quatre jours chez les personnes qui recevaient le médicament, contre 11 jours chez celles qui n'en recevaient pas. Les scanners thoraciques ont confirmé les résultats, révélant moins de dommages chez les personnes qui ont pris le médicament. Mais l'antiviral, également connu sous le nom d'Avigan, doit être administré avant que les niveaux de virus n'atteignent leur maximum dans l'organisme. Un responsable japonais de la santé a déclaré au journal Mainichi Shimbun que le médicament ne semblait pas aussi efficace chez les personnes gravement malades, chez qui le virus avait eu plus de temps pour se reproduire.

Sofosbuvir en combinaison avec la ribavirine

Les données d'une expérience d'amarrage moléculaire utilisant le modèle de l'ARN polymérase (RdRp) dépendante de l'ARN du SRAS-CoV-2 ont identifié une liaison étroite du sofosbuvir et de la ribavirine au Coronavirus RdRp, suggérant ainsi une efficacité possible du sofosbuvir et de la ribavirine dans le traitement du Coronavirus.

Thérapies à base d'anticorps

En Chine, les médecins ont traité certains patients gravement malades avec le plasma sanguin de patients guéris, une approche qui remonte à la pandémie de grippe espagnole de 1918. La logique est que le sang doit contenir des anticorps pour aider à combattre l'infection. Parmi les inconvénients, on peut citer les difficultés de mise à l'échelle pour une utilisation à grande échelle, le risque de transmission d'autres maladies et le fait que les anticorps pertinents ne sont présents qu'en petites quantités, de sorte que le traitement, s'il est efficace, est loin d'être optimal. Un certain nombre d'équipes, dont la société américaine Regeneron, travaillent sur l'équivalent high-tech de la sérumthérapie. Regeneron affirme qu'elle est à quelques semaines d'identifier deux puissants anticorps qui protègent contre Covid-19, qu'elle fabriquera ensuite par synthèse et transformera en un cocktail thérapeutique, en vue de commencer les essais sur l'homme cet été. En cas de succès, une thérapie à base d'anticorps pourrait être utilisée à la fois comme traitement du Coronavirus et comme prophylaxie pour protéger les travailleurs de la santé et d'autres groupes à haut risque.

L'interféron bêta

La société biotechnologique britannique Synairgen a reçu l'autorisation de procéder à des essais accélérés pour tester un médicament contre les maladies pulmonaires chez les personnes atteintes de Covid-19. Le composé, l'interféron bêta, fait partie du système de défense naturel du poumon contre les virus et a été développé à l'origine pour les patients souffrant de troubles pulmonaires obstructifs chroniques, ou BPCO. L'espoir est que l'administration d'interféron bêta renforce la capacité de l'organisme à combattre le virus, en particulier chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli. En février, l'OMS a identifié l'interféron bêta comme la seule thérapie pouvant être inhalée dans les essais de phase 2, ce qui signifie que les patients peuvent l'administrer eux-mêmes par le biais d'un petit nébuliseur fonctionnant sur batterie.

Thérapies évaluées dans le cadre d'essais cliniques sur l'homme lors de précédentes flambées de Coronavirus

Lopinavir ; ritonavir en conjonction avec la ribavirine et les corticostéroïdes

Essai ouvert impliquant des patients atteints du SRAS-CoV récemment diagnostiqués en 2002 et qui n'avaient pas développé un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA).
Comparaison entre le traitement à l'épinavir, le ritonavir et la ribavirine et les corticostéroïdes (n=41) avec un groupe témoin historique traité à la ribavirine et aux corticostéroïdes (n = 111).

  • Résultat primaire : résultat secondaire composite décrit comme étant une hypoglycémie au 21e jour.
  • Contrôles historiques : 22,5% répondaient aux critères d'hypoxie, 6,3% sont morts
  • Groupe de traitement : 2,4% répondaient aux critères d'hypoxie, aucun décès n'a été signalé
  • Taux d'effets indésirables à 21 jours : 28,8 % pour les contrôles historiques et 2,4 % pour un groupe de traitement (26,4%, IC 95% : 16,8 à 36, p < 0,001)

Interféron alfacon-1 en conjonction avec des corticostéroïdes

Essai ouvert comparant le bénéfice thérapeutique et la tolérabilité de l'interféron alfacon- 1 associé à des corticostéroïdes chez 9 patients atteints d'un SRAS-CoV probable en 2002 à un traitement par corticostéroïdes seuls (n = 13)

  • Résultat primaire : paramètres cliniques, y compris la saturation en oxygène/les besoins en oxygène, les résultats de laboratoire et les résultats des radiographies pulmonaires en série
  • Le groupe de traitement à l'interféron alfacon-1 avait un temps de résolution plus court à 50% des anomalies radiographiques pulmonaires (temps médian, 4 jours contre 9 jours, p = 0,001), une meilleure saturation en oxygène (p = 0,02), une durée plus courte de l'oxygène d'appoint (temps médian, 10 jours contre 16 jours, p = 0,02), une moindre augmentation de la créatine kinase (p = 0,03) et une tendance à une résolution plus rapide de la lactate déshydrogénase.

La résolution des fièvres et de la lymphopénie était similaire dans les deux groupes.

Ribavirine en association avec des corticostéroïdes (n = 75)

Étude observationnelle prospective de patients infectés par le SRAS-CoV en 2002 qui ont reçu un traitement à la ribavirine (14 jours) et aux corticostéroïdes (21 jours) ; les résultats cliniques ont été suivis pendant 3 semaines.

Après une amélioration initiale de la fièvre et de la pneumonie, 85% des patients ont développé une fièvre récurrente après 8,9 jours, 73% ont eu une diarrhée aqueuse après 7,5 jours, 80% ont vu leurs symptômes radiologiques s'aggraver après 7,4 jours, et 45% ont vu leurs symptômes respiratoires s'aggraver après 8,6 jours. Chez 45 % des patients, l'amélioration des lésions pulmonaires initiales a été associée à l'apparition de nouvelles lésions radiographiques sur d'autres sites.

Après trois semaines, 12 % des patients ont développé un pneumomédiastin spontané et 20 % ont développé un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA).

Quels médicaments à éviter dans le traitement du Coronavirus

Éviter les corticostéroïdes

Il est à noter que l'OMS recommande actuellement de ne pas utiliser systématiquement les corticostéroïdes chez les patients atteints du SRAS-CoV-2, car les données disponibles suggèrent que les corticostéroïdes ne sont associés à aucun avantage en termes de survie et qu'ils peuvent être nocifs. La CPAM déclare que l'utilisation des corticostéroïdes est controversée et qu'elle doit donc être utilisée avec prudence.

Devriez-vous prendre de l'ibuprofène maintenant ?

Malgré les théories d'Internet, il n'existe aucune preuve crédible que les anti-inflammatoires aggravent le traitement du Coronavirus.

L'inquiétude mondiale concernant l'effet possible de l'ibuprofène sur le Coronavirus a commencé samedi, lorsque le ministre français de la santé Olivier Véran a tweeté que la prise d'ibuprofène et d'autres anti-inflammatoires pourrait aggraver une infection.

Le tweet est apparu après qu'une lettre publiée dans The Lancet le 11 mars ait déclaré que le Coronavirus se lie aux récepteurs ACE2 à la surface des cellules. En théorie, selon la lettre, les médicaments qui agissent en stimulant ces récepteurs (comme l'ibuprofène) peuvent, à leur tour, aggraver le Coronavirus et entraîner de moins bons résultats.

Mais ce n'est qu'une théorie. Le Dr Carlos del Rio, doyen associé exécutif de l'école de médecine de l'université Emory au sein du système de santé Grady à Atlanta, a déclaré que bien qu'il existe des "observations intéressantes" sur le Coronavirus et le traitement du Coronavirus, lui et d'autres experts en maladies infectieuses se concentrent sur "la recherche qui nous aidera à apprendre beaucoup des nombreuses inconnues actuelles sur ce virus".

L'Organisation mondiale de la santé a déclaré qu'elle "rassemble des preuves" sur le sujet, mais "après un examen rapide de la littérature, n'a pas connaissance de données cliniques ou démographiques publiées sur ce sujet".

Qu'en pensez-vous?
+1
0
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0