Une nouvelle étude rétrospective des dossiers médicaux des patients suggère que les hommes atteints d'un cancer de la prostate sont traités avec des médicaments abaissant le testostérone  sont deux fois plus susceptibles de développer dans cinq ans la démence comparativement aux patients dont le cancer de la prostate avec des taux de testostérone non pas altérés.

L'étude, faite par des chercheurs de l'École de médecine de Stanford University et l'Université de Pennsylvania Perelman School of Medicine, a démontre aussi de nouvelles techniques pour extraire des données biomédicales issues de dossiers médicaux des patients ordinaires.

Le document décrivant la recherche a été publiée en ligne le 13 octobre dans le JAMA Oncologie. Kevin Nead, un résident à l'Université de Pennsylvanie médicale qui a obtenu son diplôme à Stanford, est l'auteur principal. Nigam Shah, professeur agrégé de recherche en informatique biomédicale à Stanford, est l'auteur senior.

La testostérone peut favoriser la croissance des tumeurs de la prostate, et donc les cliniciens ont utilisé la thérapie anti-androgénique pour abaisser la testostérone et d'autres androgènes dans le cancer de la prostate chez les patients depuis les années 1940. Aux États-Unis, environ un demi-million des hommes reçoivent actuellement un TPA (Thérapie par Privation Androgénique) comme traitement pour le cancer de la prostate.

«Le risque est réel» dans le cancer de la prostate

Une étude datant de 2015 par les mêmes auteurs ont trouvé une association entre la maladie d'Alzheimer et le TAD. Dans le nouveau document, l'équipe élargie pour inclure dans leur travail plusieurs autres formes de démence.

"Lorsque nous avons publié notre dernier article, une lettre au rédacteur en chef a souligné que la maladie d'Alzheimer est souvent confondue avec la démence vasculaire", a déclaré Shah. "Donc, au lieu de chercher la maladie d'Alzheimer et la démence séparément, nous avons décidé de les regrouper dans une catégorie de niveau supérieur -. Toutes les démences et le déclin cognitif. Cette agrégation pourrait minimiser la question des erreurs de diagnostic, a dit Shah, et augmenter la taille de l'échantillon pour fournir plus puissance statistique."

L'équipe a examiné les dossiers anonymes de recherche clinique de l'entrepôt de données de Stanford Medicine pour près de 10.000 patients atteints de cancer de la prostate. Sur les 1829 patient ayant reçus traitement de privation androgénique, 7,9% ont développé la démence dans les cinq ans, comparativement à 3,5 pour cent de ceux non traités avec TPA.

«Le risque est réel et, en fonction de l'histoire antérieure de la démence du patient, mais nous voulons considérer un traitement alternatif, en particulier à la lumière d'une étude prospective récente du R.U.», a déclaré Shah.

Les résultats de l'étude

Cette étude, publiée en Septembre dans le New England Journal of Medicine, a révélé le cancer de la prostate que les patients randomisés pour recevoir soit une surveillance active, la chirurgie ou la radiothérapie avaient tous le même risque de décès par cancer après 10 ans. Quatre-vingt-neuf pour cent des hommes dans l'étude ont survécu indépendamment du traitement initial. Ces résultats surprenants suggèrent que la surveillance active des patients avec un cancer de la prostate peut être aussi bon que le traitement radical précoce et peut provoquer moins d'effets secondaires.

"Et parce que le nombre actuel des patients à risque de démence peut-être de la thérapie de privation androgénique est petit, il est logique de peser la valeur de la prescription TPA pour essayer d'identifier les patients atteints de cancer de la prostate qui pourront être vulnérables à la démence, "a déclaré Shah.

La nouvelle étude s'ajoute à la preuve croissante qui soutien l'approche de la Precision Health du Stanford Medicine, dont l'objectif est d'anticiper et de prévenir la maladie dans l'état de santé, et de diagnostiquer et traiter la maladie précisément lors de la maladie.

Des précautions

Nead et Shah ont mis en garde les patients avec un cancer de la prostate et recevant la TPA, qu'ils ne devraient pas modifier leurs médicaments sans en parler à leur médecin.

«Je suis surpris de voir comment les effets omniprésents sur tous les types de démence ont été démontrés, mais je ne voudrais certainement pas altérer les soins cliniques en se basant sur nos résultats," a déclaré Nead. "J'ajoutai que je voudrais voir, un essai clinique prospectif randomisé pour établir si la TPA peut être plus fermement liée à un risque accru de démence et aider à l'identification des types de patients qui pourraient être vulnérables à ce risque accru," dit-il.

Il anticipe que la vérification pour le risque de démence chez les personnes traitées avec TPA feront partie des futurs essais cliniques randomisés qui ont un plus grand focus.

Des compléments rétrospectives éventuels

"La nouvelle étude rétrospective des dossiers des patients a pris seulement quelques semaines," a déclaré Shah. "Nous travaillons afin de faire de telles études aussi facile que la recherche Google," dit-il. "Nous avons passé seulement à des semaines dans celle-ci, et nos efforts actuels, qui sont financés par le bureau du doyen, seraient obntenus dans environ deux à trois jours."

La controversion

En revanche, un essai clinique prospectif randomisé pour étudier la même question exigerait probablement des milliers de patients, des années à remplir et à plusieurs millions de dollars, a déclaré Kenneth Mahaffey, professeur de médecine à Stanford qui n'a pas participé à l'étude.

Les études sur les dossiers de santé des patients existants sont beaucoup moins chères et plus rapides que les études cliniques prospectives randomisées dites"gold standard". Et les études sur les dossiers de santé des patients offrent des moyens puissants pour identifier les hypothèses sur l'efficacité et la sécurité qui valent la peine d'autres tests dans les essais cliniques, a dit Mahaffey, le vice-président de la recherche clinique au département de médecine de Stanford.

departement-de-medecine-stanford

"Mais l'absence de randomisation dans les études de données sur la santé peut être trompeuse," a mis en garde Mahaffey. "Ce travail est important," dit-il, "mais il y a un certain nombre d'exemples de telles études rétrospectives avec des résultats complètement faux."

Shah dit que l'approche utilisée par son équipe minimise le risque de se tromper. Par exemple, les auteurs ont appariés les patients qui ont reçu la TPA et ceux qui ne l'ont reçue pas selon leur état de maladie. Ils ont également explicitement et empiriquement quantifié la chance de se tromper par des associations d'essai pas qu'ils savaient fausses, afin de calibrer leur approche.

"Des études rétrospectives de dossiers médicaux des patients ne sont pas destinés à remplacer les essais cliniques randomisés," déclare Shah. "Si nous avions un financement infini, nous aurions fait tous les essais possibles. Mais nous n'avons pas cela, "dit-il. "Ces études à bas prix, de durée de quelques semaines, peuvent nous guider où pointer nos financements dans les essais cliniques."

Le soutien scientifique

Cette recherche a été soutenue par la National Library of Medicine et l'Institut national des sciences médicales générales. Le département de médecine de Stanford a également soutenu le travail.

Qu'en pensez-vous?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0