Aux États-Unis, les chirurgies laparoscopiques sont très courantes, car il y a beaucoup d’hôpitaux bien équipés emballés au plafond avec des équipements de haute technologie. Dans le monde en voie de développement, les choses ne sont pas si faciles, et souvent les chirurgiens sont censés acheter et entretenir leur propre équipement et outils de la chirurgie, ce qui peut coûter jusqu’à 150 000 $. Cambridge Consultants pense qu’il peut les aider, et a développé un kit de chirurgie laparoscopique portable appelé Ekano.

Les outils de la chirurgie de laparoscopie

Une laparoscopie de routine nécessite quatre choses: un environnement stérile, une caméra d’imagerie éclairée, des dossiers médicaux électroniques et une pompe de CO2. C’est le dernier sur cette liste qui soulève probablement quelques sourcils, mais le CO2 est pompé à l’intérieur du corps du patient afin de donner la marge de manœuvre du chirurgien. Ekano, qui s’adapte à l’intérieur d’une valise, peut offrir les trois derniers besoins dans un seul, paquet relativement petit.

L’origine de l’idée de la valise

L’idée a été préparée au Cambridge Consultants par Rahul Sathe après une recherche approfondie sur le marché médical indien. Les chirurgiens là-bas voyagent entre les hôpitaux pour atteindre les patients et luttent souvent pour accéder au bon équipement. En outre, les médecins du sous-continent indien souvent partagent des dossiers médicaux sur des services comme WhatsApp, car il n’existe pas de base de données électronique centralisée des dossiers médicaux. C’est pourquoi Ekano est livré avec un WiFi portables et des hotspots cellulaires afin que les équipes peuvent transmettre l’information à partir de leurs smartphones.

La technologie derrière le kit

Le système portable peut être monté sur un pôle IV dans le bloc opératoire, pour limiter la quantité d’espace qu’il occupe.

Au lieu d’utiliser des capteurs coûteux à trois puces, le système utilise un capteur monopuce nettement moins cher, équipé d’un filtrage optique et d’un traitement d’image, pour lui permettre d’améliorer les images produites pour s’assurer qu’elles sont de qualité comparable.

«En entrevoyant des chirurgiens, nous avons constaté que dans la plupart des procédures de base, le besoin essentiel était de visualiser l’anatomie clairement, afin que le chirurgien puisse alors prendre sa propre décision sur ce qu’il faut faire», a déclaré Sathe. “Tant qu’ils peuvent voir les tissus dans la bonne profondeur de champ, avec la bonne lumière, ils peuvent alors manipuler les tissus, disséquer ou effectuer une procédure.”

Les grandes et onéreuses sources de lumière au xénon habituellement utilisées dans les théâtres du monde développé, qui nécessitent un entretien fréquent, sont également remplacées par un ensemble compact de LED.

Le système peut être utilisé avec des pointes d’outils interchangeables, pour permettre au chirurgien de l’utiliser pour différents types de procédures, dit Sathe.

“Dans les marchés émergents, on met énormément l’accent sur le coût total de possession, de sorte que les chirurgiens et les hôpitaux préfèrent ne pas utiliser des dispositifs jetables, mais plutôt de payer plus pour un dispositif réutilisable et être en mesure de l’utiliser sur plusieurs cas”, at-il dit.