L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié une liste de dix menaces majeures pour la santé mondiale. Outre les maladies infectieuses et les conditions de vie difficiles, les sceptiques à l’égard de la vaccination apparaissent pour la première fois dans la liste.

Cet article est basé sur une publication de l’OMS.

Les sceptiques de la vaccination

oms sceptiques de la vaccination

Bien qu’il existe des vaccins contre de nombreuses maladies, de plus en plus de personnes refusent de se faire vacciner ou de faire vacciner leurs enfants. C’est un pas en arrière dans la lutte contre les maladies évitables par la vaccination. La vaccination est le moyen le plus rentable de prévenir les maladies. Chaque année, 2 à 3 millions de décès sont évités grâce à la vaccination, et il pourrait y en avoir 1,5 million de plus si les taux de vaccination mondiaux augmentent.

 

Un groupe de travail a identifié plusieurs causes de résistance à la vaccination, notamment:

  • la complaisance
  • la gêne occasionnée par la vaccination (« dommages causés par la vaccination »)
  • le manque de confiance dans le système de santé

Maladies non transmissibles

Cancer, maladies cardiovasculaires ou diabète -plus de 70 % des décès dans le monde peuvent être attribués à des maladies non transmissibles. Parmi ces maladies, 15 millions de personnes meurent prématurément (entre 30 et 69 ans). Plus de 85 % de ces décès touchent les pays à faible et moyen revenu.

 

Cinq grands facteurs de risque sont principalement responsables de l’augmentation de l’incidence de ces maladies :

  • Tabac
  • Alcool
  • L’inactivité physique
  • La mauvaise alimentation
  • Pollution de l’air

Ces facteurs de risque influencent également les maladies mentales, qui commencent à un jeune âge. La moitié des maladies mentales commencent vers l’âge de 14 ans, mais beaucoup ne sont pas diagnostiquées et traitées. Le suicide est la deuxième cause de décès chez les adolescents de 15 à 19 ans.

L’épidémie mondiale de grippe

L’OMS est certaine qu’une autre pandémie mondiale de grippe est à venir. La seule question est de savoir quand et dans quelle mesure. La défense mondiale contre les maladies infectieuses n’est efficace que si le maillon le plus faible de la chaîne des systèmes d’intervention l’est aussi. La propagation des virus de la grippe est constamment surveillée afin d’identifier les souches potentiellement pandémiques. Cela concerne 153 institutions dans 114 pays.

 

 

Des recommandations de vaccination actualisées sont publiées chaque année, en fonction des souches virales en circulation. En cas d’émergence d’une nouvelle souche présentant des caractéristiques pandémiques, l’OMS a élaboré un programme spécial pour garantir un accès efficace et équitable aux diagnostics, aux vaccins et aux médicaments antiviraux.

Résistance aux antimicrobiens

resistance aux antibiotiquesLes antibiotiques, les médicaments antiviraux ou antipaludéens comptent parmi les plus grandes réussites de la médecine, mais la fenêtre temporelle pour nombre de ces médicaments se rétrécit. Les bactéries, les virus, les parasites et les champignons développent de plus en plus de mécanismes de résistance contre les médicaments. Selon l’OMS, il existe un risque que des maladies telles que la pneumonie, la tuberculose, la gonorrhée ou les infections à la salmonelle ne soient pas aussi faciles à traiter qu’elles le sont aujourd’hui.

 

 

La résistance aux médicaments contre la tuberculose est un obstacle majeur dans la lutte contre cette maladie, qui est responsable de 1,6 million de décès par an. En 2017, 600 000 tuberculeux étaient déjà résistants à la rifampicine, la thérapie de première ligne la plus efficace. 82% de ces patients souffraient de tuberculose multirésistante.

Pollution de l’air et changement climatique

Hideous air pollution from the Syncrude Tar sands upgrader plant north of Fort McMurray, Alberta, Canada, North America9 personnes sur 10 respirent de l’air pollué chaque jour Selon l’OMS, il s’agit du plus grand risque environnemental pour la santé. Les polluants microscopiques peuvent pénétrer dans les systèmes respiratoire et sanguin et endommager les poumons, le cœur et le cerveau. Les maladies qui en résultent provoquent 7 millions de décès prématurés chaque année.

En France aussi, une discussion sur les valeurs limites des polluants est actuellement en cours, notamment parmi les pneumologues et les médecins de l’environnement.

 

Ebola et autres agents pathogènes très dangereux

En République démocratique du Congo, deux grandes épidémies d’Ebola se sont produites en 2018. Une épidémie a touché des régions particulièrement touchées par la guerre civile. La distribution de cet agent pathogène très dangereux dans les villes à forte densité de population ou dans les régions déchirées par la guerre ne peut être comparée aux précédentes épidémies dans les zones rurales.

new coronavirus

Afin de relever ces défis, un groupe a été constitué en décembre avec des représentants des secteurs de la santé, des soins vétérinaires, des transports et du tourisme. L’OMS a déclaré 2019 l’année de la préparation aux urgences sanitaires.

La liste des agents pathogènes qui constituent une menace et pour lesquels il existe peu de traitements et de vaccins efficaces est attendue depuis longtemps :

  • Ebola
  • Zika
  • Nipah
  • Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV)
  • Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS)

Maladie X (agents pathogènes encore inconnus qui peuvent provoquer une grave épidémie).

Dengue, VIH et autres : 4 autres menaces

Dans la galerie de photos, vous pouvez en savoir plus sur quatre autres menaces que l’OMS considère comme des menaces pour la santé mondiale. Cliquez sur la première image pour commencer.

Qu'en pensez-vous?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0