Les personnes qui se préparent à la chirurgie doivent toujours prendre un bain ou une douche, mais ne doivent pas être rasées, et les antibiotiques ne doivent être utilisés que pour prévenir les infections avant et pendant la chirurgie et non après les salles, selon les nouvelles directives de l'OMS qui visent à sauver des vies, La propagation des superbactéries.

Les «Lignes directrices mondiales pour la prévention des infections du site chirurgical» comprennent une liste de 29 recommandations concrètes élaborées par 20 des plus grands experts mondiaux à partir de 26 revues des dernières données probantes. Les recommandations ont également été publiées dans «The Lancet Infectious Diseases» et sont conçues pour traiter le fardeau croissant des infections associées aux soins de santé sur les patients et les systèmes de soins de santé à l'échelle mondiale.

«Personne ne devrait tomber malade pendant la recherche ou la prise en charge», a déclaré Marie-Paule Kieny, Directrice générale adjointe de l'OMS pour les systèmes de santé et l'innovation. «La prévention des infections chirurgicales n'a jamais été aussi importante, mais elle est complexe et nécessite une série de mesures préventives. Ces directives sont un outil précieux pour la protection des patients».

Les conséquences des infections chirurgicales

Les infections chirurgicales (ou du site chirurgical) sont causées par des bactéries qui pénètrent dans les incisions faites pendant la chirurgie. Ils menacent la vie de millions de patients chaque année et contribuent à la propagation de la résistance aux antibiotiques. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, 11% des patients qui subissent une intervention chirurgicale sont infectés dans le processus. En Afrique, jusqu'à 20% des femmes qui ont eu une césarienne contractent une infection de la plaie, compromettant leur propre santé et leur capacité à prendre soin de leurs bébés.

Mais les infections chirurgicales ne sont pas seulement un problème pour les pays pauvres. Aux États-Unis, ils surchargent les patients qui passent plus de 400 000 jours supplémentaires à l'hôpital, pour un coût supplémentaire de 900 millions de dollars américains par an.

Les recommendations de l'OMS

Les lignes directrices incluent 13 recommandations pour la période avant la chirurgie et 16 pour la prévention des infections pendant et après la chirurgie. Ils vont des simples précautions telles que s'assurer que les patients se baignent ou se lavent avant la chirurgie et la meilleure façon pour les équipes chirurgicales de se nettoyer les mains, les conseils sur le moment d'utiliser des antibiotiques pour prévenir les infections, les désinfectants avant l'incision et les sutures à utiliser .

"Tôt ou tard, beaucoup d'entre nous auront besoin d'une intervention chirurgicale, mais aucun d'entre nous ne veut ramasser une infection sur la table d'opération", a déclaré le Dr Ed Kelley, directeur du Département de la prestation des services et de la sécurité de l'OMS. «En appliquant ces nouvelles directives, les équipes chirurgicales peuvent réduire les méfaits, améliorer la qualité de vie et faire leur part pour mettre fin à la propagation de la résistance aux antibiotiques.»

Nous recommandons également aux patients qui se préparent à la chirurgie de demander à leur chirurgien s'ils suivent les conseils de l'OMS.

Aucune des directives internationales fondées sur des données probantes n'était auparavant disponible et il existe des incohérences dans l'interprétation des preuves et des recommandations dans les lignes directrices nationales existantes. Les nouvelles directives de l'OMS sont valables pour tout pays et adaptées aux adaptations locales et tiennent compte de la force des preuves scientifiques disponibles, des implications en termes de coûts et de ressources, ainsi que des valeurs et des préférences des patients. Ils complètent la populaire «Liste de contrôle de la sécurité chirurgicale» de l'OMS, qui donne un large éventail de mesures de sécurité, en donnant des recommandations plus détaillées sur la prévention des infections.

L'antibiothérapie, les infections chirurgicales et les superbactéries

Il est important de noter que les lignes directrices recommandent que les antibiotiques soient utilisés pour prévenir les infections avant et pendant la chirurgie seulement, une mesure cruciale dans l'arrêt de la propagation de la résistance aux antibiotiques. Les antibiotiques ne doivent pas être utilisés après la chirurgie, comme c'est souvent le cas.

Les antibiotiques sont des médicaments utilisés pour prévenir et traiter les infections bactériennes. La résistance aux antibiotiques se produit lorsque les bactéries changent en réponse à l'utilisation de ces médicaments. La résistance se développe naturellement avec le temps, mais l'abus d'antibiotiques chez les humains et les animaux accélère rapidement le processus.

La résistance aux antibiotiques met en péril les réalisations de la médecine moderne. Sans antibiotiques efficaces pour la prévention et le traitement des infections, les transplantations d'organes, la chimiothérapie du cancer et les chirurgies telles que les césariennes et les remplacements de la hanche deviennent beaucoup plus dangereux. Cela entraîne des séjours à l'hôpital plus longs, des coûts médicaux plus élevés et une mortalité accrue.

De nombreuses études montrent que la mise en œuvre d'une gamme de mesures préventives réduit considérablement les dommages causés par les infections du site chirurgical. Une étude pilote dans 4 pays africains a montré que la mise en œuvre d'une sélection des nouvelles recommandations pourrait entraîner une réduction de 39% des infections du site chirurgical. Sur la base de ces exemples fructueux, l'OMS élabore un guide et une trousse d'outils qui aideront les autorités nationales et locales à mettre en œuvre les recommandations.

Lectures recommandées

Qu'en pensez-vous?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0